FR DE

Chiffres-clés

    • Entrée en traitement 5 ans environ après le début des problèmes de jeu

    Les joueurs excessifs entrent en traitement environ 5 ans après le début des problèmes de jeu. Durant ce temps de latence, les conséquences financières, sociales et sanitaires deviennent très importantes, car les joueurs entrent rapidement dans une spirale dont ils peinent à s’en sortir, même s’ils pensent pouvoir gérer la situation.

     

    • 21 casinos en Suisse et plus de 46'000 personnes exclues

    L’offre de jeu a augmenté ces dernières années en Suisse, notamment depuis l’introduction des casinos en 2000. 21 casinos sont actifs et les jeux de loteries sont de plus en plus nombreux et diversifiés. Ces circonstances ont amené les autorités à légiférer (loi sur les maisons de jeux en 1999 et convention intercantonale sur les loteries et paris en 2006). Les cantons romands ont décidé d’unir leurs efforts et de lancer un programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ). Ce mandat a été confié au Groupement Romand des Études sur les Addictions (GREA).

     

    • Entre 551 et 648 millions de francs suisses par année de coûts sociaux liés au jeu excessif

    Il s’agit des dépenses de santé additionnelles, de production non réalisée et de perte de qualité de vie liée à la santé. Le coût social par joueur pathologique et par année est compris entre 15'000 et 17'000 francs.

    Promotion santé Valais (PSV)
    Rue de Condémines 14 Case postale 1951 Sion +41 (0)27 329 04 29
    Nous suivre
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites.
    Lire les mentions légales ok